Point sur le projet suisse de Réserve Forestière mixte des Plats et du Noirmont

Ce projet de réserve naturelle s’inscrit dans le cadre des décisions prises en 2015 au sommet de Paris sur le climat, qui ont fixé un objectif de réserves naturelles forestières à réaliser dans chaque pays signataire, dont la France et la Suisse.

Afin de répondre aux objectifs fixés par la Confédération Helvétique, le canton de Vaud prévoit de créer trois réserves naturelles situées dans chacune des zones : Alpes, Plaine centrale et Jura, représentatives des différents milieux écologiques du canton.

A ce jour, seul le projet alpin semble en bonne voie alors que celui de la plaine Centrale suscite quelques difficultés.

Le projet de réserve naturelle forestière mixte du Noirmont a été préparé sans consultation préalable et la première information des propriétaires concernés date de la réunion du 19 Juin 2018, à laquelle tous n’avaient pas été conviés.

Il s’agit de créer une réserve forestière sur la commune d’Arzier, d’environ 1400 hectares, depuis le mur transversal de la frontière jusqu’à la piste verte du massif du Noirmont et descendant jusqu’à la frontière tout le long de la vallée.

Cela représente la quasi-totalité des terrains échangés lors du traité des Dappes du 8 Décembre 1862, complété par la Convention du 31 Janvier 1938 régissant les rapports de voisinage et la surveillance des forêts limitrophes, traités toujours en vigueur. Il faut rappeler ici que le massif du Noirmont, presque entièrement sur territoire suisse, est largement détenu par des propriétaires français, de Bois-d ‘Amont ou des Rousses pour la plupart.

Le choix de ce périmètre tient

- au caractère écologique spécifique de certaines zones (tourbières, présence du grand tétras etc…)

- à l’absence de pistes de débardage, ce qui rend difficile l’exploitation forestière et préserve la tranquillité de la zone.

- au parcellaire excessivement morcelé

- aux difficultés d’exploitation

Le fait que cette zone soit principalement détenue par des propriétaires français peut apparaître comme une raison supplémentaire, même si elle n’est pas avouée !

L’objectif du projet est de faire renoncer à l’exploitation sylvicole dans la plus grande partie du périmètre tout en maintenant l’activité sylvo-pastorale des zones pâturées. Cela implique :

  • l’impossibilité de tracer de nouvelles pistes d’exploitation forestière.

  • la finalisation d’une convention proposant de « geler toute exploitation forestière » des parcelles durant 50 ans moyennant une indemnisation.

Les propriétaires qui refusent d’entrer dans ce projet auront toujours la possibilité d'exploiter leur forêt sous réserve de l’obtention des autorisations officielles, de l'accord des propriétaires limitrophes et du dépôt d’une caution pour la remise en état des pistes empruntées.

Malheureusement il est à craindre que l’exploitation forestière, déjà difficile actuellement dans une grande partie du périmètre, n’en sera que plus difficile à l’avenir et finira par s’arrêter.

Ce projet de réserve ne nous a pas paru acceptable dans sa présentation initiale du fait :

  • de l’absence de concertation avec les propriétaires concernés

  • des niveaux d’indemnisation proposés par la convention

  • de l’impact sur la valeur de ces parcelles qui est directement liée à leur exploitation sylvicole.

Il faut noter que les initiateurs ont le soutien de ProNatura, ONG écologiste, qui dans ce contexte est souvent seule à se porter acquéreur des parcelles mises en vente.Elle se retrouve aujourd’hui déjà propriétaire de 85 ha sur la zone.

Dans ce contexte il nous a paru important de préparer des contre-propositions permettant de préserver les droits des propriétaires concernés.

En effet, que penser de ce qui adviendra dans 50 ans pour les héritiers des signataires de la convention ; il y a fort à parier que le lien avec leur forêt sera rompu.

Une action concertée est donc indispensable, sans laquelle la Suisse finirait par se réapproprier ce territoire qui est au cœur de l’histoire de nos villages.

Annexé par les Bernois au traité des Rousses en 1648, nos ancêtres l’ont racheté pour garder la maîtrise foncière des deux versants de notre vallée :

  • en 1727 aux seigneurs de Marteret pour les Petits Plats (avec l’accord des excellences de Berne),

  • et en 1827 à la famille de Staël pour Les Loges et Les Baragnes.

N’ayant pu obtenir la liste des propriétaires concernés par ce projet, nous l’avons reconstituée au mieux à partir des données disponibles sur Géoportail.ch. et grâce au travail d’une dizaine de bénévoles qu’il faut remercier.

Fort de ce fichier, avec l’aide de Thierry BERGER des Rousses et de Guy VANDEL de Bois d’Amont, j’ai pris l’initiative de contacter les services forestiers suisses concernés, afin de faire évoluer ce projet dans un sens plus favorable.

Les autorités forestières du canton de Vaud ont bien voulu nous rencontrer le 19 novembre 2018.

La discussion fut difficile, mais nous avons rencontré des personnes de bonne volonté qui ont finalement accepté que nous leur fassions des propositions alternatives.

Après consultation de différents propriétaires concernés, nous avons formulé les propositions suivantes :

  • réduire la zone de la réserve à un bloc cohérent constitué des terrains situés au-delà de la courbe de niveau d’altitude 1400m, évitant ainsi les bornages et remembrements.

  • afin d’atteindre les objectifs fixés en terme de surface de la réserve, incorporer dans son périmètre des terres situées sur le versant adret (versant lémanique situées sur la commune d’Arzier-Le Muid) pour englober toute la biodiversité du massif.

  • obtenir le réaménagement de chemins existants dans les zones où l’exploitation pourra être poursuivie et qui serviront aussi aux amodiataires (vaches allaitantes, apport d’eau, accès du vétérinaire, etc…) assurant la pérennité de l’activité pastorale.

  • afin de tenir compte au mieux des enjeux de biodiversité, un plan de gestion sylvicole de l’ensemble de la forêt exploitable pourrait être mis en place.

  • revaloriser le montant des indemnités initialement annoncées et les étaler sur la durée.

  • apporter une solution acceptée par les propriétaires actuels, longtemps oubliés et mis à l’écart de l’élaboration de ce projet, et permettant d’accélérer la réalisation de cette réserve.

Cette proposition a été étudiée par le groupe de travail qui nous a présenté une nouvelle version le 16 mai 2019.

Toutes nos propositions n’ont pas été retenues mais des avancées ont été obtenues :

  1. Exclusion de la réserve de 110 ha des terrains limitrophes situés le long des villages en-dessous des Plats et des Loges jusqu’à la planche Paget.

  2. Possibilité d’exploiter les bois sur 140 ha au nord-est (depuis Les Grands Plats jusqu’à la limite sud-ouest de l’enclave) avec amélioration de la piste de débardage en direction de La Rinaldi, en contrepartie de la réserve totale à 1400 mètres d’altitude.

  3. Augmentation des prix d’indemnisation.

Un état d’esprit constructif anime ces discussions et une nouvelle réunion conjointe avec des paysans amodiataires également intéressés par une meilleure desserte est prévue fin novembre avec le groupe de travail en charge de ce projet de réserve.

Sachant que le contexte politique suisse est très favorable à la création de cette Réserve, notre objectif est d’arriver à un consensus qui puisse préserver au mieux les intérêts des propriétaires concernés, et leur soit acceptable.

Une mise en œuvre rapide serait appréciée par les autorités suisses.

Afin d’améliorer cette concertation, il nous faut mieux connaître les propriétaires concernés et savoir notamment qui est l’interlocuteur des indivisions qui sont nombreuses sur le périmètre concerné.

Vous pouvez m’envoyer les informations suivantes, si possible par mail, à philippe.lacroix[at]gavottes[dot]com , ou par courrier 89 rue de la Pompe 39220 Bois d’Amont.


NOM-Prénom

INDIVISION

Adresse postale

courriel

N° téléphone

N° parcelles









Retour à la liste

Démarches en ligne
En ce moment
16:4
Température : °
Pression :
Vent :
Direction : -
Humidité : %
Visibilité :
actualisé le à

exciter, provoquer.

une aplaventrée

les mots parlent d'eux-mêmes…

"je me suis encoublé dans une racine, et je suis allé m'aplaventrer au beau milieu du chemin"

percher, accrocher, poser en équilibre instable.

donner la main, se prêter à une conversation, enchaîner sur le sujet en cours. "ça ne me regardait pas ; je n'ai pas apondu"

en gros, un vaurien.

dans une maison, tout ce qui encombre et ne sert à rien.

chercher querelle, dire des choses désagréables.

dispersé, éparpillé, pas tenu ensemble

une forte semonce, une "engueulée".

marcher rapidement ou en travers.

parler à tort et à travers.

les myrtilles.

se dit d'une personne qui n'a pas toutes ses dents de devant. Par extension, s'applique aussi à une fourche ou une fourchette.

une charrette légère à deux roues.

un tabouret à un pied que l'on s'attache au bassin, pour traire les vaches.

une longue visite chez des parents ou des amis.

une gamine.

le ventre, la bedaine.

parler de choses et d'autres, bavarder.

orner de fleurs et de rubans (par exemple les vaches pour la Désalpe).

C'est le verbe correspondant, employé par exemple dans le proverbe rousseland : "ce n'est pas la vache qui brame le plus qui fait le plus de lait"

quelqu'un qui crie fort ou souvent un "gueulard".

mélanger.

Un drôle de mélange.

marcher lourdement ou bruyammen.

grotte.

quelqu'un qui parle à tort et à travers, qui dit n'importe quoi.

le nombril.

un appentis, une petite remise, un réduit.

Un chapeau.

bosselé, cabossé, de forme irrégulière.

un cal, une ampoule.

fente de roche, gorge (cf. le bief de la chaille)

marcher de travers, vaciller (par exemple lorsqu'on a trop bu).

longue histoire fatigante, sans suite.

des petits paquets d'une matière quelconque dans un milieu qui devrait être lisse, par exemple des grumeaux dans une sauce.

(ou châtenage)  pacage, alpage, pâturage.

la poussière, notamment celle que l'on balaie par terre. Par extension, le désordre et tout ce qui gêne et encombre.

un enfant vif, turbulent, espiègle.

marcher bruyamment. 

une tige de ciguë.

Une congère.

Un sac en papier.

Poursuivre, courir après quelqu'un.

une bouillotte de forme cylindrique.

un tas de foin, en vrac, pas en meule.

empiler en désordre, mettre par-dessus.

Tasser, écraser.

(ou trancugner) tomber ou faire tomber, renverser.

(ou cupesser) tomber ou faire tomber, renverser.

Déraisonner.

marcher plus vite, passer devant - "si tu avais vu comme il a décampassé quand il m'a aperçu !"

échancré, ouvert, décolleté.

faire tomber.

brisé, déchiré, désarticulé, disloqué.

enlever la neige avec une pelle.

séparé, détaché, disloqué.

tomber.

éventrer, écraser.

rire bruyamment (un rien misogyne : seules les femmes écafolent).

(s')écraser, (s')écrabouiller, (s')aplatir.

guetter – épier – regarder ce qui ne vous regarde pas.

échevelé, hirsute.

écheveler, hirsute.

enduire d'une matière épaisse, gluante, collante.

embrayer, mettre en marche ou en mouvement.

se prendre les pieds dans quelque chose.

se prendre les pieds dans quelque chose.

ce verbe prend dans le Haut-Jura le sens particulier de rencontrer les plus grandes difficultés, avoir du mal à faire quelque chose. "j'ai enragé toute la journée pour réparer cet engin".

éclabousser.

tomber de tout son long.

s'écraser.

pour une machine quelconque, ne pas tourner rond, faire du bruit.

une petite bêche triangulaire dont la pointe est arrondie.

marcher rapidement, filer.

ridé - flasque - sans consistance.

Un feu de vieilles herbes.

la boue.

boueux – au figuré, homme sans volonté ou sans intelligence.

il fait rudement froid.

Le petit doigt.

Une flaque d'eau, une mare.

Les fruits de l'argousier (les cynorhodons).

Le bout de pain, le quignon.

Une mèche de cheveux.

Parler à tort et à travers.

(voire foutre perdre encore plus expressif) :

se débarrasser d'un objet quelconque

"il est use maintenant, tu peux le jeter perdre"

Jeter en l'air.

Ecume.

Ecumer, être en fureur.

(ou lissu) : l'eau de lessive.

ces chardons bas que l'on trouve dans les pâturages, jugés très décoratifs lorsqu'ils s'ouvrent et blanchissent à la fin de l'été.

La michotte est l'emblème de notre bulletin municipal.

De mauvaise humeur.

Sale.

Miauler.

Un bisou.

Un veau.

geindre, se plaindre, pleurnicher "je ne sais pas ce qu'il a cet enfant ; depuis ce matin, il n'arrête pas de moinner".

Un taciturne, un renfrogné, qui communique peu et pas agréablement.

Une raclée. Recevoir une mouchée : être battu.

Un tas de pierre dans un champ.

un quelconque, un mou,un geignard.

(ou une couenne) une idiote, une bécasse.

(ou une niôque) une idiote, une bécasse.

une serpillère.

pas beaucoup, pas tellement

"j'aurais voulu qu'il m'en dise plus, mais il n'est pas tant bavard !"

les habits ( surtout féminins), les chiffons, en fait tout ce qui est en tissu

S'emploie aussi au figuré : "j'ai encore oublié ; j'ai une tête en patte".

Laid, vilain.

Les prunelles sauvages.

Pendre, suspendre.

une petite crotte de chèvre par exemple, mais la "pétole" en parlant d'une petite fille, voire d'une petite femme, est très affectueux.

semer, répandre.

S'emploie négativement. Ne pas pifrer : ne pas aimer, ne pas supporter. "Celui-là, de toute façon, il n'a jamais pu me pifrer !".

creuser, enlever de petits morceaux de quelque chose. On pille le pain en rentrant de la boulangerie ;;; ou on se pille le nez !

une mijaurée, une prétentieuse.

une grosse louche, en forme de demi boule.

envelopper, emballer

"et les gâteaux, voulez-vous qu'on vous les plie ?"

Entrer et sortir - ouvrir et fermer sans cesse la porte.

Chercher bruyamment.

Chercher dans un fouillis.

recroqueviller.

Réconcilier.

Rassembler, regrouper.

rattraper au vol un objet qui tombe ou qu'on vous lance.

tout prendre ou tout enlever.

Fureter.

Fureter.

regrouper, rassembler, réunir.

"tu as laissé tes affaires tout au large, tu devrais bien les rattrouper un peu".

requinquer, revigorer.

"merci pour le petit verre. Me voilà tout raviatté".

Vomir.

Ridé, fané, vieilli.

"Se refaire" au jeu par exemple.

redevenir sec après la pluie, l'orage ou la neige, en parlant des prés, des bois et des chemins.

une plaisanterie, une blague. C'est pas des rises : c'est pas des blagues

La pluie.

Il pleut.

Une répartie.

Une averse.

une femme sale – une souillon.

Bon pour la santé.

Un bâton, un gourdin.

une bataille – une correction.

une clochette – une personne bruyante.

se dit d'un endroit triste, sinistre, inhospitalier.

un morceau de quelque chose qui a été taillé.

harceler, tourmenter, répéter ou réclamer toujours la même chose.

Un taon.

une targette, ou tout système rudimentaire de fermeture d'une porte.

Une gifle, voire une raclée.

Marcher vite.

De travers.

(pour trempé) "quelle averse ! je suis tout trempe".

Une pomme de terre.

Une pomme de terre.

souffler dans un tube pour produire un son ; par extension, klaxonner.

Pour "usé".

Les forces.