Village & hameaux

La commune

La commune des Rousses qui compte environ 3200 habitants se trouve dans le Massif du Haut Jura ou Jura plissé. Plissé, car les couches calcaires alternées de marnes qui se sont déposées par la sédimentation marine de l'ère secondaire se sont plissées sous l’effet de la surrection des Alpes au tertiaire.

Les anticlinaux (ou vals) et les synclinaux (ou monts) sont orientés sur un axe nord-est / sud-ouest. Les combes sont des dépressions creusées au sommet des monts ; elles sont surplombées par des crêts. Ces structures ont été rabotées au quaternaire sous l’effet de l’érosion du glacier qui recouvrait l’ensemble du massif à l’exception des sommets du chainon le plus oriental.

La régularité des plis est affectée ici par « l’accident de Morez » ou « cluse des Rousses » qui les traverse sur une ligne sud-est / nord-ouest  par les vallées du bief de la Chaille et de la Bienne.

Le territoire communal s’inscrit donc dans un ensemble de crêts boisés, de combes et de vals habités et pâturés, où une faille qui livre le passage à la route nationale 5 ouvre une brèche dans les reliefs dont le versant oriental le plus élevé plonge sur la plaine suisse.

           La géologie et le relief du secteur ont engendré une ligne de partage des eaux entre deux bassins maritimes : celui de la Méditerranée et celui de la Mer du Nord; aux Rousses, soit les eaux  s’écoulent au sud-ouest dans la Bienne, l’Ain et enfin dans le Rhône. Ou bien, elles se dirigent au nord-est, dans le lac des Rousses et dans l’Orbe, traversent les lacs de Joux, de Neuchâtel et de Bienne avant de se jeter dans l’Aar, lui-même affluent du Rhin et de rejoindre la Mer du Nord.

Le lac

Le lac d’une superficie de 90ha et d’une profondeur maximale de 17m est propriété de la commune. Il constitue la source d’alimentation en eau potable de six communes. Une faune et une flore spécifique sont associées aux zones de tourbières qui le bordent. On y pêche essentiellement le brochet,  le corégone ou féra et la perche.

Unités paysagères

Quatre unités paysagères caractérisent ce vaste territoire communal de 38km2 dont l’altitude s’étage de 725m au pont des Douanes à 1300m au Gros Crétêt :

 - Le plateau habité, structuré autour de son lac. Le village lui-même y est implanté entre l’anticlinal du Noirmont à l’Est et celui du Risoux à l’Ouest.

- Le massif boisé du Risoux, à l’Ouest, bien identifiable grâce à son plateau légèrement vallonné et ses épais boisements.

- Les monts de la chaîne du Jura à l’Est dont les reliefs se trouvent essentiellement sur le territoire suisse et marquent la dernière frontière physique avant la plaine lémanique.

- La vallée encaissée de la Bienne  au niveau du hameau de la Doye.

Historiquement

Historiquement, une partie de l’urbanisation guidée par l’orientation des reliefs s’est établie le long des voies de circulations souvent à partir d’anciennes fermes donnant forme à de nombreux hameaux : La Doye, Gouland, Le Sagy, Trélarce, Le Platelet, La Cure, Les Landes, Les Plans, le Gravier, La Bourbe, Le Vivier, Les Rousses d’Amont …

Côté suisse la commune est bordée par les communes de St Cergue et d’Arzier-Le Muids (canton de Vaud) et côté français par celles de Bois d’Amont, Bellefontaine, Longchaumois, Morez et Prémanon.

Origine du nom

          Plusieurs hypothèses se confrontent au sujet de l’origine du nom de la commune. Dans un récent ouvrage, M. Christian Rieb (« Origine des noms des villes et villages du département » Ed. Cêtre. 2012 page 235)  écrit ceci :

« Effaçons tout de suite l’explication selon laquelle le nom des Rousses viendrait de la couleur du gibier qu’on y chassait … » et citant divers auteurs, il avance  d’autres hypothèses :

« Le nom de « rousses » est fréquent dans les noms de lieux-dits pour désigner des zones défrichées …. Ce toponyme ferait donc référence à l’essartage initial [médiéval] »

« adaptation du franco-provençal « rouchettes » désignant des terres rousses. Rousses en Lozère. Rousset dans les Hautes Alpes. »

« Les termes Rotse, Rotz, Rousse référencés dans le glossaire de l’IGN, désignent un rocher ou une montagne, en Savoie ou dans le Jura..»

« Dans le Valais ou le val d’Aoste, des toponymes comme Roueze, Ruize, Reuse… parfois transcrits sous la forme « Rousse » sont des désignations anciennes pour un front de glacier ou un torrent glaciaire. »

Démarches en ligne
En ce moment
0:5
Couvert
Température : 10° C
Pression : 32170.71 mb
Vent : 11.27 km/h
Direction : Nord-est
Humidité : 64%
Visibilité : 25.91 km
actualisé le 22/04/2017 à 23:00

exciter, provoquer.

une aplaventrée

les mots parlent d'eux-mêmes…

"je me suis encoublé dans une racine, et je suis allé m'aplaventrer au beau milieu du chemin"

percher, accrocher, poser en équilibre instable.

donner la main, se prêter à une conversation, enchaîner sur le sujet en cours. "ça ne me regardait pas ; je n'ai pas apondu"

en gros, un vaurien.

dans une maison, tout ce qui encombre et ne sert à rien.

chercher querelle, dire des choses désagréables.

dispersé, éparpillé, pas tenu ensemble

une forte semonce, une "engueulée".

marcher rapidement ou en travers.

parler à tort et à travers.

les myrtilles.

se dit d'une personne qui n'a pas toutes ses dents de devant. Par extension, s'applique aussi à une fourche ou une fourchette.

une charrette légère à deux roues.

un tabouret à un pied que l'on s'attache au bassin, pour traire les vaches.

une longue visite chez des parents ou des amis.

une gamine.

le ventre, la bedaine.

parler de choses et d'autres, bavarder.

orner de fleurs et de rubans (par exemple les vaches pour la Désalpe).

C'est le verbe correspondant, employé par exemple dans le proverbe rousseland : "ce n'est pas la vache qui brame le plus qui fait le plus de lait"

quelqu'un qui crie fort ou souvent un "gueulard".

mélanger.

Un drôle de mélange.

marcher lourdement ou bruyammen.

grotte.

quelqu'un qui parle à tort et à travers, qui dit n'importe quoi.

le nombril.

un appentis, une petite remise, un réduit.

Un chapeau.

bosselé, cabossé, de forme irrégulière.

un cal, une ampoule.

fente de roche, gorge (cf. le bief de la chaille)

marcher de travers, vaciller (par exemple lorsqu'on a trop bu).

longue histoire fatigante, sans suite.

des petits paquets d'une matière quelconque dans un milieu qui devrait être lisse, par exemple des grumeaux dans une sauce.

(ou châtenage)  pacage, alpage, pâturage.

la poussière, notamment celle que l'on balaie par terre. Par extension, le désordre et tout ce qui gêne et encombre.

un enfant vif, turbulent, espiègle.

marcher bruyamment. 

une tige de ciguë.

Une congère.

Un sac en papier.

Poursuivre, courir après quelqu'un.

une bouillotte de forme cylindrique.

un tas de foin, en vrac, pas en meule.

empiler en désordre, mettre par-dessus.

Tasser, écraser.

(ou trancugner) tomber ou faire tomber, renverser.

(ou cupesser) tomber ou faire tomber, renverser.

Déraisonner.

marcher plus vite, passer devant - "si tu avais vu comme il a décampassé quand il m'a aperçu !"

échancré, ouvert, décolleté.

faire tomber.

brisé, déchiré, désarticulé, disloqué.

enlever la neige avec une pelle.

séparé, détaché, disloqué.

tomber.

éventrer, écraser.

rire bruyamment (un rien misogyne : seules les femmes écafolent).

(s')écraser, (s')écrabouiller, (s')aplatir.

guetter – épier – regarder ce qui ne vous regarde pas.

échevelé, hirsute.

écheveler, hirsute.

enduire d'une matière épaisse, gluante, collante.

embrayer, mettre en marche ou en mouvement.

se prendre les pieds dans quelque chose.

se prendre les pieds dans quelque chose.

ce verbe prend dans le Haut-Jura le sens particulier de rencontrer les plus grandes difficultés, avoir du mal à faire quelque chose. "j'ai enragé toute la journée pour réparer cet engin".

éclabousser.

tomber de tout son long.

s'écraser.

pour une machine quelconque, ne pas tourner rond, faire du bruit.

une petite bêche triangulaire dont la pointe est arrondie.

marcher rapidement, filer.

ridé - flasque - sans consistance.

Un feu de vieilles herbes.

la boue.

boueux – au figuré, homme sans volonté ou sans intelligence.

il fait rudement froid.

Le petit doigt.

Une flaque d'eau, une mare.

Les fruits de l'argousier (les cynorhodons).

Le bout de pain, le quignon.

Une mèche de cheveux.

Parler à tort et à travers.

(voire foutre perdre encore plus expressif) :

se débarrasser d'un objet quelconque

"il est use maintenant, tu peux le jeter perdre"

Jeter en l'air.

Ecume.

Ecumer, être en fureur.

(ou lissu) : l'eau de lessive.

ces chardons bas que l'on trouve dans les pâturages, jugés très décoratifs lorsqu'ils s'ouvrent et blanchissent à la fin de l'été.

La michotte est l'emblème de notre bulletin municipal.

De mauvaise humeur.

Sale.

Miauler.

Un bisou.

Un veau.

geindre, se plaindre, pleurnicher "je ne sais pas ce qu'il a cet enfant ; depuis ce matin, il n'arrête pas de moinner".

Un taciturne, un renfrogné, qui communique peu et pas agréablement.

Une raclée. Recevoir une mouchée : être battu.

Un tas de pierre dans un champ.

un quelconque, un mou,un geignard.

(ou une couenne) une idiote, une bécasse.

(ou une niôque) une idiote, une bécasse.

une serpillère.

pas beaucoup, pas tellement

"j'aurais voulu qu'il m'en dise plus, mais il n'est pas tant bavard !"

les habits ( surtout féminins), les chiffons, en fait tout ce qui est en tissu

S'emploie aussi au figuré : "j'ai encore oublié ; j'ai une tête en patte".

Laid, vilain.

Les prunelles sauvages.

Pendre, suspendre.

une petite crotte de chèvre par exemple, mais la "pétole" en parlant d'une petite fille, voire d'une petite femme, est très affectueux.

semer, répandre.

S'emploie négativement. Ne pas pifrer : ne pas aimer, ne pas supporter. "Celui-là, de toute façon, il n'a jamais pu me pifrer !".

creuser, enlever de petits morceaux de quelque chose. On pille le pain en rentrant de la boulangerie ;;; ou on se pille le nez !

une mijaurée, une prétentieuse.

une grosse louche, en forme de demi boule.

envelopper, emballer

"et les gâteaux, voulez-vous qu'on vous les plie ?"

Entrer et sortir - ouvrir et fermer sans cesse la porte.

Chercher bruyamment.

Chercher dans un fouillis.

recroqueviller.

Réconcilier.

Rassembler, regrouper.

rattraper au vol un objet qui tombe ou qu'on vous lance.

tout prendre ou tout enlever.

Fureter.

Fureter.

regrouper, rassembler, réunir.

"tu as laissé tes affaires tout au large, tu devrais bien les rattrouper un peu".

requinquer, revigorer.

"merci pour le petit verre. Me voilà tout raviatté".

Vomir.

Ridé, fané, vieilli.

"Se refaire" au jeu par exemple.

redevenir sec après la pluie, l'orage ou la neige, en parlant des prés, des bois et des chemins.

une plaisanterie, une blague. C'est pas des rises : c'est pas des blagues

La pluie.

Il pleut.

Une répartie.

Une averse.

une femme sale – une souillon.

Bon pour la santé.

Un bâton, un gourdin.

une bataille – une correction.

une clochette – une personne bruyante.

se dit d'un endroit triste, sinistre, inhospitalier.

un morceau de quelque chose qui a été taillé.

harceler, tourmenter, répéter ou réclamer toujours la même chose.

Un taon.

une targette, ou tout système rudimentaire de fermeture d'une porte.

Une gifle, voire une raclée.

Marcher vite.

De travers.

(pour trempé) "quelle averse ! je suis tout trempe".

Une pomme de terre.

Une pomme de terre.

souffler dans un tube pour produire un son ; par extension, klaxonner.

Pour "usé".

Les forces.